≡ Menu

Dégâts d’eau printanier et risques de moisissures

Lors du dégel printanier, il est courant qu’il y ait des infiltrations d’eau. Les inondations sont d’ailleurs la première cause de réclamation auprès des assureurs. Or, qui dit dégât d’eau dit prolifération de moisissures, à moins que  l’eau soit asséchée totalement et qu’un traitement javellisant soit appliqué. Toutefois, ce n’est pas toujours possible d’agir rapidement. Pensez aux gens qui ont un chalet et qui découvrent l’incident un mois plus tard, alors que les moisissures ont déjà commencé à se répandre. Le pire, ce sont les infiltrations d’eau à l’intérieur des murs, causées par une fuite minuscule dans un tuyau.

Les moisissures sont des champignons microscopiques. Certains émettent des mycotoxines, très nocives pour les systèmes respiratoire et immunitaire. Mais Santé Canada considère que toutes les sortes de moisissures peuvent affecter la santé respiratoire des personnes y étant sensibles.

Au début, on retrouve des symptômes bénins: maux de tête, étourdissements, rhinites, saignements de nez, fatigue. Un symptôme-clé, c’est l’impossibilité de supporter les lentilles cornéennes parce que les yeux deviennent ensanglantés. Si l’exposition perdure, les symptômes deviennent chroniques et les gens peuvent devenir incapables de fonctionner. Il importe donc d’identifier rapidement la présence de moisissures, pour s’en débarrasser.

À part les moisissures, le laboratoire Certilab peut trouver des éléments contaminant tels que  levures, bactéries et/ou toxines qui sont aussi susceptibles d’être la source de problèmes de santé. Si vous avez ces symptômes dans un bâtiment et qu’ils diminuent quand vous allez ailleurs, vous pouvez soupçonner que les moisissures sont en cause.

{ 0 commentaires… add one }